« Les adversaires du Président sont dans le populisme » dixit le directeur des études de la Der, Oumar Ndoye

i-senegal.net-Enseignant chercheur à l’université de Thiès puis cadre administratif au ministère des finances et chef de cabinet du maire de la ville de Pikine, Oumar Ndoye est devenu le directeur des études de la DER. L’initiateur de la PLATEFORME BANLIEUE EN ÉMERGENCE compte mener le combat de la réélection de son mentor,Macky Sall. Entretien!

Pourquoi avoir créé une plateforme de soutien alors que vous êtes de l’APR ?

La création de la plateforme Banlieue en émergence n’enlevé en rien mon appartenance à l’Alliance Pour la République(APR). L’idée m’est venue en allant à la rencontre des mouvements citoyens au niveau local, de réseaux de groupement de femmes, des associations de jeunes et des personnes ressources venant de Pikine, de Guédiawaye et de Rufisque pour leur convaincre de s’approprier de la vision politique, de ses ambitions pour le Sénégal et plus particulièrement de la banlieue. Ces derniers m’ont donné leur accord d’accompagner le Président de la République pour sa réélection au soir du 24 février 2019. L’Adhésion massive et spontanée de ces couches de la population m’a amené à mettre en place un cadre d’expression et d’épanouissement susceptible d’apporter une plus-value politique au candidat Macky Sall. La preuve, la plateforme a collecté plus de 5000 parrains. Nous allons continuer la mobilisation et l’animation de la plateforme banlieue en émergence pour jouer notre partition dans l’atteinte de l’objectif de victoire avec un taux de 60% à Pikine.

Pastef du candidat Ousmane Sonko a cette particularité de drainer beaucoup de jeunes comme vous. Cet état de fait ne vous fait-il pas peur ?

Permettez-moi de vous dire que je mène rarement un débat personnalisé, je suis plutôt enclin à parler d’idées et de principes. Je me concentre sur mon objectif de convaincre le maximum de sénégalais à travers ses réalisations et son ambition pour Sénégal meilleur en réduisant les inégalités sociales, en mettant en place des projets structurants (TER, PUDC, PROMOVILLE, PUMA …). Ce que je peux dire du candidat du Pastèf il s’est déjà tiré une balle dans la tête en faisant de la victimisation outrancière de façon grossière et désinvolte et en tenant des discours populistes qui démontrent son inexpérience dans la gestion d’un pays donc le combat de 2019 est perdu d’avance pour lui car les sénégalais commencent à découvrir l’homme dont le comportement laisse penser qu’il souffre de la pathologie de la paranoïa et du dédoublement de la personnalité. En 2024 lorsqu’il va se représenter, il se suicidera politiquement parce qu’il reniera une grande partie de ses convictions. A propos de la jeunesse à proprement parler, le Président a fini de démontrer par des mesures et des actes majeurs et novateurs que nul autre candidat ne se soucie plus que lui du sort des jeunes réputés espoirs de la nation. Pour la jeunesse, le Président a posé des actes salutaires au moment où ses adversaires sont dans le temps des vœux pieux et du poulisme.

 

Quel est l’impact réel de la Der sur la population de la banlieue en général, celle de Pikine en particulier 8 mois après sa mise en place ?

Je pense qu’il faut d’abord commencer par rendre à César ce qui lui appartient. Mon intime conviction est que le Président Macky Sall mérite, à défaut d’être félicité, des encouragements pour avoir cette vision novatrice et salutaire de mettre en place une structure doté d’un fonds de 30 milliards, dédié aux femmes et aux jeunes. Une première au Sénégal et en Afrique qui montre, encore une fois de plus, l’importance qu’il accorde dans sa politique aux couches plus représentatives parce que 44% de la population ont moins de 15 ans et 52% sont des femmes.

En 8 mois d’activités, la Délégation à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des Jeunes a financé 53 000 bénéficiaires sur le territoire national et en terme d’impact socio-économique et de création d’emplois, l’efficacité et la rapidité de la DER-FJ n’est plus à démontrer.

Concernant le département de Pikine qui a une enveloppe de 1, 95 milliards hors sectoriels nous pouvons vous dire sans risque de se tromper que des milliers de jeunes et femmes sont déjà bénéficiaires de financement en attendant la tenue du comité d’investissement régional de Dakar dans la deuxième quinzaine du mois de janvier. Avec les financements de la Der, l’émergence n’est plus réductible aux vœux pieux. Elle est une réalité dynamique.

La Rédaction

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *