Le « New York Times » publie une tribune anonyme explosive pour la Maison Blanche

i-senegal.net-L’auteur se présente comme un membre de « la résistance de l’intérieur » de l’administration Trump. Le président dénonce un texte « lâche ».

C’est un double coup de poignard porté, mercredi 5 septembre, à la Maison Blanche. D’abord, parce qu’il vient de l’intérieur – un membre de haut rang de l’administration du président. Ensuite, parce qu’il est porté anonymement, sous la forme d’une tribune publiée mercredi 5 septembre par la bête noire du chef de l’Etat américain, le New York Times. Un texte que le président Trump a immédiatement dénoncé, le qualifiant de « lâche ».

Le quotidien souligne d’emblée le caractère exceptionnel de ce texte, soulignant la « rareté » d’une publication anonyme dans ses pages. Mais justifie ce choix radical par « la mise en perspective importante qu’il peut apporter à [ses] lecteurs ».

Quel est donc ce point de vue ? Celui d’une personne qui se présente comme un membre de « la résistance de l’intérieur » à la Maison Blanche. Et qui prend la plume pour dénoncer les actes d’un président « dépourvu de moralité », qui n’a « aucune amarre » idéologique.

« Résistance silencieuse »
Selon ce texte, Donald Trump dirige de manière « imprévisible ». La tribune dépeint ainsi un président incapable de se concentrer, changeant sans cesse d’avis, ou encore décrit comme purement et simplement « instable » :

« Les rencontres avec lui virent souvent hors propos, dès lors qu’il se lance dans des diatribes répétées, souvent mal conçues et mal informées. »

Surtout, on apprend que plusieurs membres de l’administration Trump « essaient de faire ce qu’il faut quand Donald Trump ne le fait pas ». « Il y a une résistance silencieuse au sein de l’administration, rassemblant des gens qui ont choisi de privilégier d’abord leur pays », témoigne l’anonyme, qui estime que « les Américains doivent savoir qu’il y a encore des adultes à bord ».

Jugeant que l’administration a engrangé un certain nombre d’avancées depuis son élection –déréglementation, réforme fiscale, renforcement de l’armée –, il explique que ces dernières ont été obtenues « en dépit de et non grâce » à Donald Trump, dont il qualifie le style de « mesquin », « impétueux » et « inefficace ».

« Notre premier devoir est envers notre pays »
L’auteur explique ainsi que les décisions prises par l’entourage du président se font parfois en contradiction avec les avis de Donald Trump, citant l’exemple des relations diplomatiques avec la Russie. « La plupart [des conseillers] tentent de travailler en isolant autant que possible leurs dossiers de ses coups de gueule », écrit le critique.

Réfutant toutefois toute accusation de complot, le responsable affirme qu' »en aucun cas il ne s’agit de l’œuvre d’un soi-disant Etat parallèle. Il s’agit du travail de l’Etat stable ».

« Pour être clair, notre résistance n’est pas celle de la gauche. Nous souhaitons que l’administration [républicaine] réussisse et pensons que beaucoup des politiques déjà adoptées ont rendu l’Amérique plus sûre et plus prospère. (…) Mais nous pensons que notre premier devoir est envers notre pays, et le président continue d’agir au détriment de la santé de notre république. »

L’auteur de la tribune affirme même que les conseillers de Donald Trump ont réfléchi à déclencher le 25e amendement – qui permet de destituer le président pour « incapacité ». Mais qu’ils ont pour l’heure plutôt choisi de le « garder sous contrôle », affirmant que « personne ne souhaite précipiter une crise constitutionnelle ».

« Nous ferons tout ce que nous pourrons pour tirer cette administration dans la bonne direction », écrit encore l’auteur de ce témoignage. Du moins, souligne-t-il dans une ellipse pour le moins significative, « jusqu’à ce que – d’une manière ou d’une autre – cela s’achève ».

« Trahison ? » interroge Trump
Le président Trump a réagi à la publication de cette tribune lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche mercredi, dénonçant un « éditorial lâche » et stigmatisant avec virulence l’attitude « très malhonnête » du quotidien new-yorkais.

« Nous avons quelqu’un dans ce que j’appelle le New York Times en faillite qui parle de sa participation à la résistance au sein de l’administration Trump », a dit le chef de l’Etat. « Voilà ce à quoi nous avons affaire. » Il a ajouté : « Si le New York Times a un éditorial anonyme, pouvez-vous le croire, anonyme, c’est-à-dire sans tripes, un éditorial sans tripes. »

M. Trump a également mis en avant son bilan économique comme un gage de réussite. « Personne ne sera ne mesure de me battre en 2020 avec ce que nous avons accompli », a-t-il encore déclaré.

Peu après avoir mis en ligne sur son compte Twitter une vidéo de son intervention, l’occupant du bureau Ovale a tweeté ce simple message : « TRAHISON ? »

Dans un communiqué, la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a elle aussi qualifié de « lâche » l’auteur du texte et s’est dite « déçue mais pas surprise » par la décision du quotidien de le publier, dénonçant une tribune « pathétique, irréfléchie et égoïste ». « Près de 62 millions de personnes ont voté pour le président Donald J. Trump en 2016 (…). Aucune d’entre elles n’a voté pour une source lâche et anonyme du New York Times en faillite », a-t-elle ajouté, reprenant à son compte une expression fréquemment utilisée par le président américain. Selon elle, l’auteur de ce texte « fait passer son ego avant la volonté du peuple américain ». « Ce lâche devrait faire la seule chose qui s’impose et démissionner », a-t-elle conclu.

La publication de cette tribune intervient au lendemain de la diffusion de larges extraits d’un livre explosif du journaliste d’investigation Bob Woodward, qui dresse le portrait d’un président colérique et paranoïaque que ses collaborateurs s’efforcent de contrôler, voire de contourner, pour éviter de dangereux dérapages.

Auteur: Le Monde – Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *